La mixologie Tiki réunit au sein d’un cocktail : le Zombie

La culture du bar Tiki comporte de nombreuses boissons à succès à travers le monde. Né en 1933 avec l’ouverture du bar « Don the Beachcomber » à Los Angeles, l’univers Tiki a vu le jour aux États-Unis, mais s’est inspiré des statues et pendentifs primitifs de Tahiti. Les cocktails colorés et kitsch réalisés dans ce bar peuplent aujourd’hui les clubs du monde entier. Aujourd’hui, nous vous parlerons de l’un d’eux, de son origine, de sa préparation et de ses déclinaisons. Voici tout ce que vous devez savoir sur le cocktail Zombie.

Quelles sont les origines du cocktail Zombie ?

Il est important de préciser qu’il s’agit d’un cocktail, car le zombie n’est pas seulement un mort vivant ou un cadavre animé qui dévore de la chair humaine. Ici, il s’agit d’une boisson emblématique de la culture du bar Tiki. La recette du zombie fut inventée 6 ans après l’ouverture du bar d’inspiration polynésienne « Don the Beachcomber » par Ernest Raymond Beaumont Gantt.

L’histoire raconte que tout a commencé lorsqu’un client se rendit dans le bar le lendemain d’une soirée de beuverie et a demandé une boisson pouvant le requinquer. Le mixologue lui réalise alors un breuvage avec des fruits, de l’absinthe et du rhum. Après cela, le client ne se présenta plus au bar durant une semaine. Dès qu’il y remit les pieds, il expliqua que le cocktail l’avait transformé en mort vivant. C’est de là que provient le cocktail Zombie.

Les ingrédients du cocktail Zombie

Au fil des années, les ingrédients ainsi que la recette du cocktail Zombie ont disparu de la mémoire collective. Et ne sachant pas exactement comment s’y prendre et avec quoi, des barmen se sont fiés à un mélange de sirops, de jus industriels et de rhum de bas étage.

Ce ne sera qu’après trente ans que l’aboutissement du travail de recherche de Jeff Beachbum Berry permit de remonter à nouveau à la composition originale du cocktail Zombie. Ainsi pour le réaliser, il faut du jus de pamplemousse, du sirop de cannelle, du jus de citron vert, du sirop de grenadines et des alcools. Et en ce qui concerne les alcools, pas moins de six font partie de la recette du cocktail. Il s’agit notamment du rhum overproof ambré, du rhum cubain ambré, du rhum jamaïcain ambré, des gouttes d’absinthe, de la liqueur Velvet Falernum et des traits de bitters Angostura.

Pour plus de fun, certains barmen préfèrent utiliser du rhum arrangé pour remplacer les différents types de rhum.

Comment faire un cocktail zombie ?

Ingrédients (pour 1 personne)

  • 1 brin de menthe fraîche
  • 1 cl de jus de pamplemousse
  • 2 traits de bitters Angostura
  • 1,5 cl de rhum overproof ambré
  • 1,5 cl de velvet Falernum
  • 2,5 cl de rhum cubain ambré
  • 2,5 cl de rhum jamaïcain ambré
  • 2,5 cl de jus de citron vert
  • 5 cl de sirop de cannelle
  • 5 cl de sirop de grenadine
  • 6 gouttes d’absinthe
  • 8 à 10 glaçons.

Préparation

Équipez-vous d’un shaker dans lequel vous verserez les glaçons puis l’ensemble des ingrédients. Secouez énergiquement durant une dizaine de secondes. Dans un verre highball ou un Tiki mug comportant des glaçons, filtrez le mélange contenu dans le shaker. Si vous le souhaitez, vous pouvez mettre une paille bio dégradable et décorer le tout avec un brin de menthe fraîche.

Bon à savoir : les Tiki mugs sont des tasses en céramiques utilisés dans la coutume pour servir les boissons issues de la culture Tiki. De par leur apparence, on peut remarquer qu’ils ont été réalisés en s’inspirant des différentes divinités polynésiennes.

Quelques déclinaisons du cocktail Zombie

Le cocktail Zombie dispose de deux principales variantes. Il s’agit du cocktail White Zombie et du Irish Zombie. Le premier requiert l’utilisation d’alcools blancs uniquement (rhums blancs, gin, pisco, liqueur de coco, maraschino, mais aussi Velvet Falernum et absinthe). Quant au second, il s’agit d’un shot contenant un mélange de Bailey’s, de sirop de grenadine et de schnaps à la pêche.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sommaire

A lire également